Le sentiment de ne pas être à la hauteur, de ne pas être légitime dans votre fonction : est-ce que ça vous parle ? L’avez-vous déjà ressenti ?

Le syndrome de l’imposteur vient de l’écart entre l’idéal de la fonction qu’on se crée et ce qu’on est.

J’ai entendu, plusieurs fois, de la part de mes collègues :

  • “j’ai l’impression de ne pas avoir les compétences pour m’atteler à cette tâche.”
  • “je ne me sens pas légitime en tant que … / comparé à …car eux sont beaucoup plus expérimentés”
  • “je ne me sens pas légitime car ils ne connaissent pas ma fonction.”

Je l’ai moi-même expérimenté à plusieurs reprises, notamment lorsque que je débutais dans la gestion hôtelière ou alors que je faisais mes premiers pas en tant qu’enseignante de yoga.

L’exemple le plus marquant a été lors de mes premiers pas dans l’enseignement du yoga. Le peu d’expérience me faisait manquer de confiance. Je me suis alors très souvent rappelée les paroles de notre formatrice : “soyez humble, n’enseignez que ce que vous connaissez. Si on vous pose une question et que vous ne connaissez pas la réponse, dites simplement que vous ne savez pas, que vous allez vous renseigner ou, en fonction du contexte, redirigez la personne vers un spécialiste”. Et c’est ce que je me suis appliquée à faire.

J’avais fait part à ma formatrice de ce syndrome. Celle-ci m’avait conseillée de commencer par répliquer la même séquence de postures à chaque cours. Il me fallait en effet rentrer dans une certaine routine pour prendre mes marques et gagner en confiance. Au commencement de mes cours, j’ai donc répété la même séquence de positions. Puis, pour amener de la nouveauté, je préparais des cours avec quelques variations dans les enchaînements et les postures.

Très vite, j’ai ressenti le besoin de laisser place à l’impro…Je ne préparais plus systématiquement tous les cours, je laissais venir les choses ! J’étais de plus en plus à l’aise et j’avais, après tout, besoin de m’amuser un peu : c’est là que le fun est arrivé et que j’ai commencé à vraiment m’éclater ! Il m’arrivait certes (et m’arrive encore) de me tromper et de me mélanger les pinceaux (car l’erreur est humaine !) mais j’amenais alors de l’autodérision. Cela faisait rire mes élèves et enlevait le caractère trop sérieux parfois prêté au yoga !

Alors quels seraient les moyens de vaincre ce syndrome de l’imposteur ?
Pour atténuer vos doutes et votre manque de confiance, essayez :

  • l’audace : osez vous lancer
  • l’indulgence : l’erreur étant humaine, acceptez de commettre des erreurs (utilisez l'autodérision si vous vous trompez !)
  • l’étude : considérez-vous comme un éternel élève, continuez à apprendre
  • le fun : n’oubliez pas de vous amuser pour ne pas tomber dans le piège de la monotonie et laissez place à votre intuition dans certaines situations

Alors pourquoi pas vous ? Ces astuces vous aideront vraisemblablement à faire :

1- Redescendre de son piédestal l’idéal que vous vous êtes créé de la fonction que vous occupez,

2- Vous accorder la valeur et le crédit mérités.